Navigation

Accueil ▷ Agenda

0 | 15 | 30

Titre
« Migrations et indépendances : deux siècles de témoignages et de représentations entre le Mexique, l’Amérique centrale, l’Espagne et la France (1820-2020) » — Bordeaux
Date
Du 1er au 3 juillet 2020
Titre
« La fabrique des ressources minières » — Toulouse
Date
Du 1er au 3 juillet 2020
Titre
« Migrations et indépendances : deux siècles de témoignages et de représentations entre le Mexique, l’Amérique centrale, l’Espagne et la France : 1820-2020 »
Date
Du 1er au 3 juillet 2020
Descriptif

Colloque en ligne

Domaine Universitaire, 19 esplanade des Antilles, Pessac, France (33)

Programme

Titre
REAF 2020 : sixièmes rencontres des « Études Africaines en France » // ANNULEES — Aix-Marseille Université
Date
Du 7 au 10 juillet 2020
Descriptif

Le Comité d’organisation des REAF 2020, compte tenu de la situation sanitaire et de son évolution, a pris la décision d’annuler la tenue des 6e Rencontres des études africaines en France qui devaient avoir lieu du 6 au 8 juillet 2020 à Marseille.


Titre
« À pied, en vélo, en auto ou en bateau. Transports et mobilités du quotidien en Afrique (XIXe-XXIe siècle) »
Date
Du 7 au 10 juillet 2020
Titre
« Les humains et la terre : évolution des milieux et des pratiques à l’heure de l’Anthropocène / Humans and earth : Evolution of environments and practices in the “Anthropocène” » — Sainte-Foy-La-Grande, Gironde
Date
Du 9 au 11 juillet 2020
Titre
« Colonisations, revolutions, and reinventions in early America and the Atlantic World 1600-1848 » — Sainte-Foy-La-Grande, Gironde
Date
Mercredi 15 juillet 2020
Descriptif

8th Biannual conference of the European Early American Studies Association

For the past twenty years, the study of Early America and the Atlantic has reinvigorated the fields of imperial and colonial topics by focusing on the circulations of goods and people. Much current research on early America and the Atlantic world examines concepts such as « empires », « commerce », « exchange », « trade. » At the same time, the political history of the revolutionary Atlantic is often overlooked as the approach of an older historiography. A number of historians criticize the very concept of Atlantic history by focusing instead on « global » and « connected histories ». Following this trend, specialists of North America have embraced new concepts and notions to study the continent, such as « settler colonialism » and « vast early America ».

This call for papers invites established scholars, post-doctoral students and graduate students to re-examine the fundamental concept of Atlantic history in light of current research on the themes of colonisations, revolutions, and reinventions, from 1600 to 1848. It is also an opportunity to examine the history of transformations in early America and, broadly, the early modern world, by taking fuller account of scholarship on the politics of primitive globalisation. We will focus on the empires that organised European settlements in disrupting and dislocating native peoples, prompting indigenous cultures to re-invent themselves ; but we will also be attentive to the processes that led to the formation of new Euro-American societies in the Americas, often shaped by the enslavement of Africans and other forms of unfree labor. In the North-American colonies, the West Indies, India, Latin America, and Africa, entire peoples and their lands were reinvented by trading companies, individual administrators, theoreticians and executors of empires, as well as by those rare voices, many of who were abolitionists, who developed a critical approach to European expansion abroad.

The social and political revolutions of the late eighteenth and early nineteenth centuries in the Americas and the Atlantic world led to the emergence of republican nations and, eventually, to modern (often exclusionary) democracies. These offer a second major moment of reinvention through national, tribal, racial, and gender-based conflicts, as well as new forms of identities, forged through war and peace. In recent years, beyond a major historiographical focus on the Haitian Revolution, the term revolution has also come to refer to the second revolution of slavery and the revolution of antislavery in the Americas and the Atlantic world. Its meaning can also be extended to other insurrections and rebellions, as well as to the revolution of rights as embodied in the women’s rights movement in the United States, and to the upheavals culminating with the European revolutions of 1848 and their impact in the Atlantic world, most notably, leading to the French abolition of slavery in the colonies. Drawing on the theme of the 7th Biannual EEASA Conference in London in December 2018, on the making and unmaking of identities in the Atlantic world, the notions of colonisation, revolutions, and reinventions also invite participants to examine the individual stories of those who transformed their lives through imperial service, social mobility, flight, immigration, as well as by their commercial interactions and newly-crafted opportunities to serve as cultural intermediaries.

The Congress may include panels on the changes in Atlantic World societies that resulted from cultural contact and conflict ; the various manifestations of clashing visions of European empires and Native societies ; resistance to empire and its many forms of oppression as well as and the rise of representative government and the universal validity of fundamental principles. In sum, we welcome all papers that speak to the themes of colonisations, revolutions, and reinventions.

We encourage proposals from emerging and established scholars in all disciplines for traditional conference panels (three 20-minute papers with chair and Q&A), round tables, and other formats. Sessions are 90 minutes. We ask that panel proposals not be composed of participants from a single country or institution. The programme committee reserves the right to re-organize the composition of panels to meet this requirement. We also welcome individual proposals. Papers are posted on our website prior to the conference.

We also wish to focus on the research of doctoral students by devoting a half-day to discussion of their papers.

All paper or session proposals should be in the format of a single electronic document (Word or .pdf) that begins with the surname and first initial of the contact person, e.g., « SmithJ.pdf »

This single document should contain :

Panel title & short, one paragraph description.
Proposals for each paper (no more than 200 words each) if a full session.
Single-page curriculum vitae for each participant.
Indication of any special requests, such as audio-visual equipment.
Email addresses for the designated contact person and each participant.

The deadline for submissions is July 15, 2020. Please submit your proposals by email eeasa2020 chez gmail.com with EEASA2020 and your surname in the subject line.

Please note that all program participants will be required to register for the conference. To facilitate participation by younger scholars we offer a reduced conference fee to graduate students and can provide free accommodation to presenters who are graduate students or who are within two years of the award of their PhD and not in full-time academic employment.

Organisation Committee :
Elodie Peyrol-Kleiber (Poitiers)
Anne-Claire Faucquez (Paris-8)
Hélène Roy (Poitiers)
André Magord (Poitiers)
Christèle Le Bihan (Poitiers)
Pierre Gervais (Paris-3)
Philippe Cauvet (Poitiers)

Scientific Committee :
Emma Hart (St Andrews)
Marie-Jeanne Rossignol (Paris-Diderot)
Allan Potofsky (Paris-Diderot)
Bertrand Van Ruymbeke (Paris-8)
Elisabeth Heijmans (Leiden)
Joanne van der Woude (Groningen)
Andrea Kökény (Szeged)


Titre
« La forêt, maison des bêtes (?) » — Sainte-Foy-La-Grande, Gironde
Date
Vendredi 17 juillet 2020
Descriptif

Cette journée d’étude, coordonnée par Fabrice Guizard, se donne pour objectif de présenter une vision plurielle et contrastée de la forêt, maison des bêtes (?). Le point d’interrogation, autant que de provocation, engage les participants à confronter voire opposer leurs points de vue sur la manière dont cohabitent, ou pas, les êtres vivants au bois. Cet appel invite les chercheurs et acteurs de la gestion de la faune et de la forêt à croiser les disciplines : histoire, géographie, biologie, écologie, anthropologie, ingénierie forestière, etc.

Texte Appel

Dans la représentation populaire occidentale et urbanisée, l’animal et la forêt semblent indissociables. Le couvert forestier est la maison des bêtes, la demeure du sauvage, l’espace que les hommes ont laissé en réserve, loin des villes et des champs.

Pourtant, totalement anthropisée depuis fort longtemps, la forêt est sous nos latitudes, mais également presque partout sur la terre, un espace sous contrôle, aménagé, parcouru par des acteurs humains dont les considérations envers la faune sauvage sont souvent antagonistes. Dans cet écosystème en permanence en rupture d’équilibre, animaux sauvages et animaux domestiques tentent de s’accommoder de ces territoires finalement encombrés.

Cette journée d’étude se donne pour objectif de présenter une vision plurielle et contrastée de la Forêt maison des bêtes (?). Le point d’interrogation, autant que de provocation, engage les participants à confronter voire opposer leurs points de vue sur la manière dont cohabitent, ou pas, les êtres vivants au bois. Cet appel invite les chercheurs et acteurs de la gestion de la faune et de la forêt à croiser les disciplines : histoire, géographie, biologie, écologie, anthropologie, ingénierie forestière…

Plusieurs axes orientent cette journée :

- Les animaux sauvages ne sont pas que forestiers. On s’interrogera sur les espèces qui privilégient cet habitat. Est-ce un biotope propre à l’espèce ? En certaines régions, notamment de plaines, densément peuplés d’humains de longue date, le bois est devenu une zone de repli pour des espèces qui ne sont pas forcément sylvicoles. Il y a là encore toute une histoire à écrire, celle des peuplements faunistiques et de leur adaptabilité aux conditions nouvelles naturelles, climatiques et anthropiques.

La forêt maison possède plusieurs étages : on pense forcément aux grands mammifères, mais il faudra considérer aussi les oiseaux, les chauves-souris, les amphibiens, les reptiles ou encore les insectes. Le regard des forestiers sur ces peuplements est d’abord celui de protecteurs des plantations d’arbres.

- Dans une forêt tournée vers une productivité intensive, de « mauvais locataires » comme le cerf, le chevreuil et le sanglier sont responsables de multiples dégâts sur les arbres cultivés (abroutissement , écorçage, frottis …). Ils se nourrissent aussi dans les cultures à proximité des massifs boisés ; combien de miracles sont ainsi consignés dans les vies de saint dès le haut Moyen Âge, où l’homme de Dieu vient faire la part du sauvage pour défendre les cultures. Entre respect de la biodiversité, nécessité pour ces espèces de se nourrir, l’augmentation de leur population sur un espace toujours contraint et les préoccupations économiques des propriétaires forestiers et fonciers, quels sont les ressorts d’une gestion durable ?

Se pose plus largement la question de place réservée aux animaux sauvages par les sociétés passées et récentes dans leur environnement. Et celle de leur statut déterminé par la pression que les peuplements vivants exercent les uns sur les autres (sauvages "tolérés", "nuisibles", « protégés »).

- Les forêts sont aussi des espaces parcourus par les animaux domestiques libres ou sous surveillance depuis que l’on utilise le saltus à des fins d’élevage (Antiquité). Cet usage antagoniste a marqué l’évolution des forêts et de ses habitants avec d’une part le besoin vital de la dépaissance forestière en l’absence de fourrage suffisant pour les troupeaux paysans, et de l’autre l’exercice de la chasse seigneuriale. Dès la fin du Moyen Âge, on a conscience de cette concurrence comme par exemple dans la Bourgogne du XVe siècle où le droit de dépaissance s’efface pour laisser les gibiers se reconstituer sous forêt.

La présence de domestiques est également marquée aujourd’hui par la divagation des chiens de promeneurs, agents perturbateurs de l’écologie locale. L’empiétement des espèces domestiques pèse fortement sur la faune sauvage des bois dérangée par leur présence, contaminée par les pathologies et parasites portés par les individus domestiques vaccinés (chiens, bétail…)

- Territoires de chasse, les forêts sont sources de conflits d’usage entre propriétaires forestiers et chasseurs. Sous l’Ancien Régime, le propriétaire du domaine forestier s’approprie également le droit de chasse, ce qui facilite la gestion et limite les conflits. Le braconnage est autant considéré comme une infraction au droit banal que comme une atteinte à la propriété privé : la sauvagine a son maître. Dès le Moyen Âge, des secteurs protégés (défens, réserves de chasse, cantonnements, etc) ont été aménagés. C’est un moyen de concilier les intérêts divergents du monde seigneurial et du monde paysan en réservant des secteurs aux uns et aux autres, des secteurs consacrés à des usages différents et qui ont eu à l’évidence un impact sur le développement de la faune sauvage.

Les sociétés de chasse qui aujourd’hui élèvent le gibier et le nourrissent accentuent des déséquilibres dans la faune. Les lâchers, en particulier de sangliers, et le nourrissage d’espèces densifient leur population sur certains spots. Il sera utile de s’interroger sur « l’artificialisation » du sauvage, sur la manière dont aujourd’hui les humains peuvent recomposer la faune par les actions de gestion.

- Une maison toujours « en travaux » : Le cerf, le chevreuil ou le sanglier cherchent simplement à se nourrir et, pour survivre, ils sont souvent obligés de s’adapter à l’environnement que les hommes leur façonnent. En réalité, les dégâts sont souvent le révélateur d’un dysfonctionnement : prévalence de la monoculture ou de la culture d’espèces exotiques sur un massif ; domination de la futaie régulière (arbres tous du même âge sur une parcelle) au détriment du taillis et de la régénération naturelle mélangée ; absence de petites clairières naturelles et de zones de quiétude. Quelles solutions sont préconisées pour une meilleures cohabitation ? Limiter les dérangements en évitant la pénétration humaine incontrôlée de certains secteurs des massifs forestiers ? Des dérangements fréquents perturbent et induisent, notamment chez le cerf, un stress important pouvant provoquer des comportements de dégâts et notamment d’écorçages.

Quelle prophylaxie contre les invasions de xylophages et autres incestes parasitant les peuplements de plantation ?

- Enfin, si les questions seront essentiellement tournées vers les milieux forestiers européens, la journée d’étude pourra être complétée par une vision extra-européenne. La modification irréversible du milieu conduit à la disparition de la faune qui l’habite. La dégradation des forêts (monoculture déforestation, feu…) participe à la dernière grande extinction.

Loin de notre approche occidentaliste, les études anthropologiques montrent des représentations de l’espace à travers la localisation de la demeure des bêtes et de celle des homme que la forêt n’est ni toujours sauvage, ni toujours maison des bêtes.

Modalités de contribution

Les propositions devront comporter le titre de la communication, un résumé de 15 à 20 lignes (une demi-page maximum), accompagnées d’une courte bibliographie indicative (5 références) et d’une brève présentation de l’auteur (titre, institution, laboratoire de rattachement). Elles seront envoyées avant le 17 juillet 2020 à fabrice.guizard chez uphf.fr

Les propositions seront étudiées par le Comité scientifique et les auteurs seront avisés du résultat des délibérations après le 30 septembre 2020.

Des précisions seront alors données sur l’organisation matérielle de la journée d’études. Les textes des interventions seront publiés dans les Cahiers du GHFF, après évaluation par un comité de lecture.

Comité scientifique
- Corinne BECK,
- Martine CHALVET,
- Marc GALOCHET,
- Fabrice GUIZARD,
- Patrice HIRBEC


Titre
Claire Jowitt, Craig Lambert, Steve Mentz, dir., The Routledge Companion to Marine and Maritime Worlds 1400-1800 , Routledge, 2020 (Routledge Companion — Sainte-Foy-La-Grande, Gironde
Date
Lundi 20 juillet 2020
Descriptif

Présentation éditeur :

« The Routledge Companion to Marine and Maritime Worlds, 1400‒1800 explores early modern maritime history, culture, and the current state of the research and approaches taken by experts in the field.
Ranging from cartography to poetry and decorative design to naval warfare, the book shows how once-traditional and often Euro-chauvinistic depictions of oceanic ‘mastery’ during the early modern period have been replaced by newer global ideas. This comprehensive volume challenges underlying assumptions by balancing its assessment of the consequences and accomplishments of European navigators in the era of Columbus, da Gama, and Magellan, with an awareness of the sophistication and maritime expertise in Asia, the Arab world, and the Americas. By imparting riveting new stories and global perceptions of maritime history and culture, the contributors provide readers with fresh insights concerning early modern entanglements between humans and the vast, unpredictable ocean.
With maritime studies growing and the ocean’s health in decline, this volume is essential reading for academics and students interested in the historicization of the ocean and the ways early modern cultures both conceptualized and utilized seas. »

- Claire Jowitt is Professor of Renaissance Studies at the University of East Anglia. Author of Voyage Drama and Gender Politics, 1589‒1642 and The Culture of Piracy : English Literature and Seaborne Crime 1580‒1630, she is currently preparing, as General Editor, an edition of Richard Hakluyt’s The Principal Navigations (1598‒1600).
- Craig Lambert is Associate Professor in Maritime History at the University of Southampton. Author of Shipping the Medieval Military and numerous articles/book chapters on naval operations and maritime communities (c.1300‒c.1600), he has recently launched a free to access searchable database of over 50,000 ship-voyages (c.1400‒c.1577) : www.medievalandtudorships.org
- Steve Mentz is Professor of English at St. John’s University in New York City. A scholar of early modern literature and the environmental humanities, he is author of Shipwreck Modernity : Ecologies of Globalization 1550‒1719 (2015), Break Up the Anthropocene (2019), and Ocean (2020).


Titre
« L’Asie à l’ère de l’Anthropocène » — Sainte-Foy-La-Grande, Gironde
Date
Jeudi 30 juillet 2020
Descriptif

Journée thématique organisée par le Bureau des Jeunes Chercheur.e.s du GIS Asie

Elle aura lieu le 20 novembre 2020, à Lyon.

Les propositions de communication (300 mots max. accompagnés d’une présentation courte de l’auteur.e détaillant statut, laboratoire de rattachement, et précisant si aucune prise en charge financière n’est possible par le laboratoire de rattachement) sont à adresser à jeunes.chercheurs.asie chez gmail.com avant le 30 juillet 2020.

- Bureau des jeunes chercheurs en études asiatiques du GIS Asie
- Sur Facebook


Titre
« Géographies autochtones au Brésil », Confins, décembre 2021 — Sainte-Foy-La-Grande, Gironde
Date
Lundi 10 août 2020
Descriptif

Coordinateurs :
- Roberta ARRUZZO, Universidade Federal Rural do Rio de Janeiro – UFRRJ, betarruzzo chez hotmail.com
- Emerson Ferreira GUERRA, Universidade Federal Rural do Rio de Janeiro – UFRRJ, roptyc chez gmail.com
- Bastien SEPULVEDA, TVES – E.A. 4477, Programme ACHN-ANR, Université de Lille, bastien_sepulveda chez yahoo.fr

Ce dossier pour la revue franco-brésilienne Confins cherche à mettre en évidence la manière dont les débats en cours au sujet de la construction de l’espace et de concepts tels que « territoire » et « territorialité » peut contribuer à approfondir la compréhension des réalités territoriales des peuples autochtones au Brésil. Au travers de travaux fondés sur des situations territoriales variées, et ancrés dans des champs thématiques et théoriques divers, tant de la géographie que de disciplines connexes, nous souhaitons permettre un rapprochement et un dialogue fertile autour d’analyses comparatives amenant à mieux comprendre les géographies autochtones au Brésil. Nous proposons, pour cela, de structurer ce dossier autour de trois axes thématiques principaux et complémentaires :

Argumentaire

1 – Colonisation et aménagement / dérangement territorial

La construction de l’État-nation en Amérique latine s’est faite à l’encontre des peuples autochtones qui vivaient déjà sur ces terres et qui, depuis les premiers contacts avec les fronts de colonisation, ont souffert de pertes et dommages en tout genre. De nombreux peuples, avec leurs cultures et leurs langues, ont disparu, et ceux ayant résisté ont vu leurs proches et voisins être décimés par les maladies, les massacres et par d’incessants conflits qui perdurent encore en ce début de siècle. Les terres que les peuples autochtones occupaient traditionnellement ont été réduites par un processus continu de déterritorialisation au bénéfice de nouveaux habitants aux modes d’occupation et de production de l’espace différents, dans une logique fondamentalement capitaliste contrastant avec la présence autochtone.

Dans ce contexte, les terres qu’occupent aujourd’hui les peuples autochtones constituent une mosaïque fragmentée et discontinue représentant d’infimes portions de territoires auparavant bien plus étendus. Ce processus de réduction et fragmentation territoriale a alors amplement contribué à déstructurer au moins en partie les systèmes productifs que ces peuples ont mis en œuvre, en accord avec les spécificités des milieux naturels dans lesquels ils s’insèrent. Les politiques publiques et les mesures relatives à l’aménagement de ces territoires, telles que les Terras Indígenas, produisent un effet contraire de « dérangement » des territoires autochtones. Aussi, enclore les droits territoriaux autochtones facilite et légitime, en même temps, l’exploitation de l’ensemble des ressources se trouvant hors des limites établies.

Ce premier axe de travail cherche à mettre en évidence et analyser les luttes, formes de résistance et stratégies des peuples autochtones (articulation avec, et participation dans des mouvements sociaux, organisation socio-politique et territoriale, construction de réseaux sociaux, etc.) pour freiner ces processus de « dérangement territorial » et leurs conséquences. Il est envisagé de discuter des formes diverses par lesquelles les peuples et communautés autochtones du Brésil questionnent, dans leurs revendications, toute une histoire marquée au sceau du colonialisme et de l’usurpation. Une attention particulière sera ainsi portée au concept « d’autonomie » et aux liens qu’il entretient avec celui de « territoire », en s’appuyant pour cela sur la diversité des régimes d’autonomie territoriale autochtone formulés et/ou mis en place dans différentes régions du pays.

2 - Territorialités et territoires

La notion de territorialité a été incorporée il y a quelque temps au répertoire théorico-conceptuelgéographique. Si le territoire renvoie toujours à des relations entre espace etpouvoir, la territorialité, dans ses acceptions diverses, réfère à différentes formes d’appropriation de l’espace. Dit autrement, cela présuppose l’existence d’une grande variété desens donnés à l’espace et de liens entre pouvoir et espace.

Il existe de nombreux cas qui illustrent les intersections entre identités, relations depouvoir, idéologies, pratiques sociales et rôle des agents et institutions dans la production dedynamiques spatiales à différentes échelles qui influencent la génération de conflits.Au Brésil, nous pouvons mentionner, par exemple, l’expansion des activités liées à l’agribusinessqui, souvent, s’accompagnent d’un fort discoursdéveloppementiste contribuant à invisibiliser la présence de groupes humains etleurs espaces vécus, considérés comme « vides ».Il est fondamental que la géographie contribue à reconnaître et valoriser l’hétérogénéité des territorialités et usages de l’espace, plutôt qu’à lesinvisibiliser.

Il est ainsi proposé, dans ce second axe thématique, de comparer les actions dereterritorialisation autochtone et le sens qu’elles recouvrent dans différentes régions du Brésil,face aux formes d’appropriation territoriale des activités liées à l’agribusiness et à l’extractivisme. Aborder ces questions à l’aide du concept de territorialité peut permettre dedévoiler les processus de territorialisation, déterritorialisation et reterritorialisation quisoutiennent ces dynamiques. Partant de la prémisse que l’appropriation del’espace peut être entendue comme une forme d’action socio-politique, on cherchera alors à comprendre la relation qu’il existe entre espace et pouvoir et à mettre en avant lesdifférents sens pouvant être attribués à cette relation.

3 - Cartographie et colonialité du savoir géographique

Considérée comme « la » forme de représentation de l’espace par excellence, la cartographie est généralement présentée comme un savoir technique, alors qu’il s’agit en fait d’un savoir politique. Alors que les raisonnements centrés sur l’espace sont produits par la pluralité des acteurs d’une société, seuls ceux faisant preuve d’une certaine rigueur technique et se matérialisant sous forme de cartes – dont la complexité implique un accès limité à celles et ceux détenant cette connaissance – sont acceptés par les communautés scientifiques. En d’autres termes, d’autres formes d’écrire ou de « graphier » (selon Porto-Gonçalves) la terre (géo-graphie) se voient systématiquement écartées par la raison arrogante de la pensée eurocentrique. En ce sens, il est important de considérer que les graphies spatiales hégémoniques sont également des instruments de domination et d’oppression de groupes subalternisés et invisibilisés sur la scène politique où aucune autre forme de représenter le monde n’est reconnue ni acceptée. La cartographie « officielle » devient ainsi une forme de savoir exclusive, tenue à distance de la majorité de la population.

Penser la question territoriale autochtone au Brésil et en Amérique latine revient à penser également l’invention même de « l’Amérique », qui n’est ni plus ni moins que l’expression de la cartographie coloniale qui a déplacé et subalternisé les identités et représentations spatiales des peuples premiers. Ces peuples avaient (et continuent d’avoir) leurs propres dénominations pour se référer à leurs territoires : par exemple, Pindorama était le nom par lequel les Tupi désignaient ce qui est aujourd’hui le Brésil.

Même si la cartographie demeure aujourd’hui encore un langage stratégique et de pouvoir historiquement institutionnalisé et homogénéisé, il est important de considérer également les expériences de cartographie socialeautochtone qui se sont développées dans différentes régions du Brésil où, tant en contextes urbains que ruraux, la carte est utilisée comme un outil permettant de visibiliser d’autres façons de représenter l’espace. Partant du fait qu’en tant qu’êtres humains, nous sommes, nous nous situons et nous existons dans la dimension spatio-temporelle, la cartographie sociale a pour but de faire participer les citoyens et membres des communautés à la représentation consciente, visible et tangible de leur propre espace, à partir de leurs propres expériences et savoirs spatiaux. La carte devient ainsi une forme de « représentation » et donc d’appropriation symbolique, puis matérielle, de la réalité – et non la réalité même – ; de sorte qu’il existe en fin de compte beaucoup de façons de représenter la réalité spatiale.

Ce troisième axe a ainsi pour but d’analyser la production des savoirs autochtones portant sur l’espace et les territoires à travers des expériences cartographiques qui valorisent les ontologies et représentations de l’espace élaborées à partir d’épistémês historiquement opprimées. L’accent sera de ce fait mis sur les façons dont ces expériences questionnent le caractère prétendument universel du savoir moderne, en montrant que la production et/ou l’appropriation de l’outil cartographique par différents peuples et communautés autochtones au Brésil en font un instrument de négociation et de résolution des disputes politiques.
Modalités de contribution

Pour contribuer à ce dossier, les auteur·e·s intéressé·e·s doivent envoyer le texte complet de leur article aux trois coordinateurs/trices du dossier au plus tard le 10 août 2020, en respectant les normes de publication de la revue.
Le dossier comportera entre 6 (six) et 8 (huit) articles, et sa publication est programmée pour décembre 2021.
Les textes reçus seront évalués suivant les normes spécifiques des dossiers :

1- Lectures des textes (lecture croisée) par le biais desquelles tou·te·s les auteur·e·s liront l’ensemble des articles soumis (en préservant l’anonymat), pouvant alors faire des suggestions et proposer des améliorations.

2- Les auteur·e·s intégreront les ajustements qui leur semblent pertinents et, selon le degré de contribution, il pourrait être décidé de co-signer certains textes.

3-15 janvier 2021 : les coordinateurs/trices enverront chacun des articles à un évaluateur externe.

4- 15 mai 2021 : les auteur·e·s devront avoir intégré les suggestions des évaluateurs externes. Dans l’éventualité d’un désaccord avec un point ou un autre, ils / elles devront préparer une lettre explicative à l’attention des coordinateurs/trices.

5- Les coordinateurs/trices reliront tous les articles pour évaluer leur qualité et leur cohérence, avant de les soumettre à la revue.


Titre
« Penser les liens sociaux en Amérique ibérique. Langages, expériences et temporalités (XVI-XXIe siècles) » : XIXe Congrès de l’AHILA (Asociación Europea de Historiadores Latinoamericanistas) — Paris
Date
Du 1er au 4 septembre 2020
Titre
« Drawing the line. Theories and Practices of Boundary Delimitation in European and Colonial Territories (Eighteenth-Twentieth Centuries) » — Londres
Date
Du 1er au 4 septembre 2020
Descriptif

»


Titre
« Réparations et esclavages/Reparations and slaveries », Esclavages et post-esclavages / Slaveries and post-slaveries), 5, 2021 — Londres
Date
Mardi 1er septembre 2020
Descriptif

Direction : Magali Bessone (université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS, CIRESC) et Ary Gordien (université de Paris, LARCA, CIRESC)

Ce numéro de la revue Esclavages & Post-esclavages / Slaveries & Post-slaveries porte sur les demandes de réparations liées à la traite transocéanienne et à l’esclavage colonial aux XXe et XXIe siècles. L’objectif est de saisir comment les acteurs sociaux contemporains lient l’histoire de l’esclavage à des débats politiques pour aborder la reproduction de rapports géopolitiques, sociaux et raciaux inégalitaires.

Argumentaire

Deux questions s’imposent dès lors :

- Dans les différents contextes nationaux et au travers des circulations transnationales d’idées et de personnes, comment les réparations sont-elles définies et justifiées en termes théoriques, moraux et juridiques ?
- Quels acteurs sociaux et institutions représentent le mouvement pour les réparations, quelles actions entreprennent-ils et quels résultats visent-ils ou ont-ils jusque-là obtenus ?

Les chercheuses et chercheurs en sciences humaines et sociales de toutes les disciplines (histoire, littérature, anthropologie, sociologie, philosophie, sciences politique, droit…) et dont les travaux portent sur toutes les aires géographiques sont invité·e·s à proposer leurs analyses pour répondre à différents aspects de cette double problématique. Que l’on s’intéresse à des demandes émises et reçues en contexte national ou à des demandes transnationales, l’hypothèse poursuivie est que la question des réparations permet de renouveler notre compréhension de l’esclavage en ré-interrogeant certaines évidences tenues pour acquises tout en soulignant le lien avec le présent.

Modalités de soumission
Les propositions (entre 500 et 800 mots), n français ou en anglais, sont à envoyer à ciresc.redaction chez cnrs.fr pour le 1er septembre 2020. L’avis sera rendu le 15 septembre 2020.

Les papiers acceptés, qui seront ensuite soumis à évaluation par une double relecture anonyme, devront être envoyés au plus tard le 1er décembre 2020. Ils peuvent être proposés en français, anglais, espagnol ou portugais. Ils ne devront pas dépasser 45 000 signes espaces compris.

Les recommandations aux auteurs sont disponibles en ligne.

Les versions définitives devront être prêtes pour le 1er juin 2021.


Titre
« Social categorization in Early Modern Colonial Cities » — Anvers, Belgique
Date
Du 2 au 5 septembre 2020

0 | 15 | 30